Tremblements de Terre

 Atelier de Céramique -Boutique d’art et d’artisanat

INAUGURATION Samedi 7 mars 2020

 La curiosité est une belle qualité, et les premiers visiteurs de l'atelier en
 ont fait l'agréable  expérience.
 Tout avait été chaleureusement préparé pour les accueillir: braseros
 pour repousser les  derniers frimas de l'hiver, buffet sous chapiteaux,
 bulles et boissons chaudes,...

 S'il s'agissait  avant tout de découvrir le travail d'Isabelle, ce  fut
 aussi  l'occasion de s'arrêter un instant de  courir. Pour vivre à un
 autre rythme et faire de belles  rencontres,  pour comprendre
 toutes les facettes d'un  art,... 

 Notre potière a même invité ses hôtes à  s'installer au tour. Les plus
 audacieux ont créé leur propre pièce, sous l'oeil bienveillant de l'artiste
 et le regard attentif des spectateurs.

 Dans une ambiance bon enfant, les tentatives malheureuses ont provoqué des fous-rires 
 communicatifs! Nul doute, le travail de la terre requiert un vrai savoir-faire!
 Mais les  apprentis d'un jour seront bien récompensés: ils retrouveront très vite leurs 
 oeuvres, cuites et émaillées dans  la couleur de leur choix!

 Tout au long de la journée, l'atelier n'a pas désempli. Preuve, si besoin en était, que nous
 avons besoin des artisans, des commerçants, de toutes celles et ceux qui font le pari d'une
 autre économie et ramènent, dans les villages, le sentiment de la vraie  vie... 

 
 
 
 
 

 

 
   
 
 
      

 

Changer sa philosophie de vie

Longtemps, Isabelle a exercé un métier intellectuel. Mais quelque chose était là, depuis toujours, enfoui, qui lui donnait des fourmis dans les doigts et l’envie de créer : son âme d’artiste, sa vraie nature, profondément manuelle.

Quand elle s’est décidée à écouter cette part d’elle-même, elle est partie au lycée de Longchamp, pour décrocher un CAP de Tournage en céramique. Cette année de plaisirs studieux ne devait être qu’une parenthèse dans sa carrière. Mais c’était sans compter l’appel de la terre ! Impossible de revenir à « sa vie d’avant » après avoir goûté aux sensations des mains qui façonnaient l’argile. Alors, elle a plaqué son job, pour se lancer, pour ouvrir son propre atelier, et créer, créer, à l’infini


Elle dit que le travail de la terre a quelque chose de sensuel, qu’il faut vraiment faire corps avec elle. Qu’il ne faut pas la brusquer. Et se montrer minutieux dans chaque geste. Parfois, c’est la matière qui décide : elle se montre réticente au mouvement qu’on lui donne. Alors il faut la laisser choisir, oublier son idée première et la suivre. La terre ne triche pas : elle sait les états d’âme des potiers. Leurs émotions, leurs ressentis se gravent dans les œuvres qu’ils tournent.

A l’atelier, Isabelle oublie le temps
. Seules comptent les pièces qui se forment sous ses doigts. Jusqu’au moment où elle les décolle du tour. Et c’est toujours un ravissement, une fierté.

La production

Son élément de prédilection, c’est le grès blanc, une matière noble et naturelle. Elle élabore ses compositions au tour, ou travaille à la plaque (assemblage de différentes parties étalées au rouleau).
Mais en fait, le travail de la terre requiert de nombreuses étapes. Après la préparation du grès, et la création des pièces, vient la phase de séchage qui doit être lent et uniforme. Puis la cuisson à 980° : en perdant son humidité, la terre va se solidifier.

Ensuite on passe à l’émaillage : c’est là qu’on peut jouer, donner de la couleur, de la brillance, au gré de son inspiration. C’est un moment résolument créatif, qui offre à chaque céramiste l’occasion d’imprimer sa touche la plus personnelle.
Isabelle se passionne pour cette chimie un peu magique. Si elle utilise des émaux « du commerce », elle les adapte à sa sauce. Car elle préfère, en réalité, inventer ses propres mixtures (des mélanges de silice, de craie, d’oxydes,…) et utiliser les fruits de ses propres recherches.
Enfin, pour fixer l’émail, les terres cuites subissent une seconde cuisson, à 1250°. A l’ouverture du four, c’est toujours une surprise : chaque pièce est unique, une coulure plus foncée par ci, une brillance plus appuyée par là.

 

Et voilà : les pièces sont parfaitement vitrifiées. Non poreuses, elles peuvent contenir des aliments, passent au four traditionnel, au micro-onde et même au lave-vaisselle.
Une exception toutefois, pour celles qui sont rehaussées d’or.

 

 

Lorsque vous visiterez l’atelier, faites silence, tendez l’oreille : peut-être aurez-vous la chance d’entendre le chant… le petit tintement clair de l’émail qui frémit dans l’atelier en se refroidissant, plusieurs heures et parfois plusieurs jours, après la sortie du four. Une musique subtile qu’Isabelle décrit comme « un ravissement, qui résonne comme ce petit je ne sais quoi au creux du ventre ».

Un retour aux sources

Près de 650 ans après sa période de gloire, la rue Chaude retrouve un peu sa vocation première, avec Isabelle. N’oublions pas que nous vivons au pays de l’argile et qu’au Moyen Age, cette rue était le domaine des artisans, des potiers, et de la tuilerie (une des plus importantes de la région, dit-on) qui dégageait tant de chaleur qu’elle a dicté le nom de la rue! 

 

 







Des créations 100% artisanales

Isabelle crée des pièces utilitaires ou décoratives, uniques ou en très petites séries.
Une envie? il y  a certainement un bel objet pour vous dans le petit coin exposition aménagé dans l'atelier.
Ou peut-être passerez vous commande d‘une poterie personnalisée, pour un cadeau vraiment très original !

 Tremblements de Terre
 11 rue Chaude
 21700 Argilly

 

  Isabelle Simonnot
  06.72.46.18.94

 
  tremblements.terre@gmail.com

 
  • tous les samedis de 9h à 16h
    (sauf  en cas de déplacements sur les marchés artisanaux )
  • sur RDV par mail ou téléphone
   https://www.facebook.com/tremblementsdeterreceramique/
   https://www.instagram.com/tremblements.de.terre/?hl=fr

 

 

 Dernière mise à jour : 09 / 03 / 2020